Il y a quelques semaines, nous avons eu la chance de pouvoir interviewer Jean-Pierre MOTTIN, vainqueur du mondial du tatouage 2016. Jean-Pierre nous vient tout droit de Belgique et plus précisément de Liège où depuis 2 ans, il a installé son salon Grizzly Inc. Ponctuellement, notre vainqueur du Mondial du Tatouage officie également en France chez Tin-Tin Tatouages à Paris, Contraseptik à Strasbourg et La Main Noire à Besançon.

Lors du Mondial du Tatouage et parmi pas moins de 350 tatoueurs, Jean-Pierre a remporté, en plus du meilleur tatouage du dimanche,  le gros trophée représentant le meilleur tatouage de l’ensemble des concours.

Pour sa première participation à la plus prestigieuse convention de tatouage au monde, Jean-Pierre a travaillé pendant presque 24 heures sur un dos tatoué avec sa spécialité, la technique du dotwork. Cette technique consiste à travailler point par point le dessin. Elle demande énormément de patience et de concentration !

Le tatouage réalisé par le vainqueur du Mondial du Tatouage s’inscrit dans le travail de la mosaïque et du mandala :

Vainqueur du mondial du tatouage

barnaB a eu la chance d’interviewer Jean-Pierre pour parler de tatouage, mais pas que…

Comment es-tu arrivé dans le monde du tatouage ?

Je pratique le dessin depuis tout petit. Il y a 10 ans, je me suis fait faire mon premier tatouage. Ça a été tout de suite comme une évidence. Dans la foulée de mon premier tatouage, je suis partie acheter une machine pour tatouer. Depuis, j’ai pas moins de 35 tatouages sur le corps et j’ai ouvert mon salon il y a 2 ans !

Être le vainqueur du Mondial du Tatouage a-t-il changé quelque chose pour toi ?

Oui. D’une part, cela m’a permis d’être reconnu par mes pairs. D’autre part moi qui suis d’un naturel discret, ce titre m’a mis sur le devant de la scène. Tout s’est accéléré depuis mars. C’est comme attraper un champignon à Mario Kart. Ça te permet de te faire connaître beaucoup plus vite.

Mais, je tiens à préciser que je n’ai pas changé. Je reste dans la continuité de ce que je fais depuis 10 ans.

Pourquoi adores-tu la technique du dotwork et le tatouage graphique ?

Avec cette technique, je n’utilise qu’une seule couleur : le noir. Je joue sur les couleurs, grâce à l’écart entre les points et la pigmentation de la peau.

D’un point de vue esthétique, j’aime le dotwork car les points donnent un effet de matière au dessin ; contrairement aux pratiques traditionnelles, qui donnent un effet lisse au tatouage. De plus, le tatouage graphique n’est pas normé. Je peux donc laisser libre court à mon côté artistique.

Ce que j’aime dans le tatouage, c’est de mettre en valeur le corps à tatouer. Mon objectif est de rendre le corps plus beau, en accentuant la beauté de certaines parties. J’essaye de créer une harmonie, un alliage, entre le corps et le dessin.

D’un point de vue personnel, j’aime cette technique car elle m’hypnotise et m’apaise lorsque je l’exécute !

Vainqueur du mondial du tatouage

Quels sont tes autres plaisirs ?

J’ai une autre passion : la musique. Je suis chanteur du groupe Volver, nom inspiré par le long métrage d’Almodovar. Notre univers ressemble à celui du groupe Radiohead. Il est empreint de nostalgie et exprime la quête de nos origines. Nous sommes d’ailleurs en session d’enregistrement actuellement pour sortir notre deuxième opus. Pour moi, la musique est aussi importante que le tatouage. Je ne pourrai ni me passer de l’un, ni de l’autre.

Je suis également un grand amateur de bonne chère. Je suis un épicurien ! A titre d’exemple, un de mes mets préférés est le steak saignant sauce bleu dégusté sur les bords de mer à La Panne.

Parlons vêtements ! Quel est ton style vestimentaire ? Qu’est-ce que tu aimes porter ?

Je dirais que j’ai un style plutôt »spirit ». Je pourrais le décrire avec le look suivant :

  • T-shirt noir près du corps, mais pas trop serré pour me sentir à l’aise.
  • Gilet très long gris.
  • Pantalon noir coupe droite.

J’aime les vêtements longs et sombres.

Vainqueur du mondial du tatouage

En terme de style, quels conseils peux-tu nous donner lorsqu’on porte de la grande taille ?

Je pense qu’il faut tout simplement être soi-même, même si c’est pas toujours évident. Je fais 130 kg. Je porte du 2XL et du 42 américain en pantalon. C’est souvent difficile de trouver des habits sympas à ma taille.

Il faut faire attention à soi et ne pas avoir peur de se mettre en valeur. L’habit, le soin apporté par exemple à l’entretien de sa barbe et à sa coupe de cheveux, jouent beaucoup. 

Vainqueur du mondial du tatouage

Infos, news Jean-Pierre MOTTIN

Facebook Jean-Pierre MOTTIN

Facebook Grizzly Inc

Retrouvez le dernier vainqueur du Mondial du Tatouage à la prochaine Convention Internationale du Tattoo à Lille les 24, 25 et 26 juin prochains. Comme au dernier Mondial du Tatouage de Paris, Jean-Pierre prévoit d’y faire un dos complet, mais avec une composition et une mosaïque différente. A suivre !